jeudi 24 juin 2010

Différence Art du Moyen Âge et Art de la Renaissance

Différence Art du Moyen Âge et Art de la Renaissance


Moyen Âge
Le monde des Croisades

1200
Les grandes cathédrales, style gothique, goût pour l’immense

Pas de portraits (juste Homme ou Femme, éventuellement avec une « étiquette »)

Le but de la peinture est de raconter le plus efficacement possible les histoires bibliques (pas de reproduire la réalité).

1300
Goût pour ce qui est raffiné, décoration complexe (par exemple gothique flamboyant), subtilité des allusions.

On va de la narration la plus gracieuse possible des récits bibliques vers l’observation fidèle de la réalité.
L’Annonciation, 1333, Simone Martini et Lippo Memmi

Débuts de la peinture selon nature
Premier autoportrait ,1386

On ne peint pas encore la réalité.

Même des scènes très détaillées et vivantes, ne sont pas des scènes naturelles (voir les arbres et le château au fond)


Renaissance
La conquête de la réalité

Travailler avec un carnet d’esquisses

Capter des détails de la nature (par exemple les mouvements d’un animal) et les rendre sur la toile.

Explorer les lois de la vision

Connaître le corps humain au point de pouvoir égaler les sculptures grecques et romaines.

Nature + connaissance des lois physiques.

1400
Découverte de la perspective mathématique

La première exécution en perspective monofocale centrée se trouve dans le bas-relief par Donatello, Le Banquet d’Hérode, 1427.

La première fresque qui « fait un trou dans le mur »
Masaccio, Sainte Trinité, 1428

En architecture, s’inspirer de la connaissance des bâtiments anciens pour fabriquer de nouvelles œuvres qui soient le moins gothiques possible.
Cappella Pazzi, 1430

Les artistes s’inspirent de la nature, de la science et des ruines antiques pour créer un nouvel art anti-« gothique ».

Être fidèle à la nature,
soit par les lois scientifiques (on commence par la perspective de la scène), la reproduction du corps selon l’anatomie, la tridimensionnalité,

soit par une accumulation de détails exacts beaucoup plus poussée que dans l’art du Moyen Âge (et grâce à l’invention de la peinture à l’huile).

L’exemple fameux, Les époux Arnolfini, 1434 (Jan van Eyck).

Détail du miroir
« Johannes de Eyck fuit hic »
La peinture témoin, donc ,par définition, tendant à être exactement fidèle à la réalité.

L'art du portrait
La Renaissance marque une étape importante dans l’évolution du genre « portrait » en Europe. Voir l’excellent article dans en.wikipedia.
Le portrait est déjà couramment pratiquée en Chine vers le 12e siècle (exemple dans l'article en. wikipedia). Cet excellent article, cependant, ne mentionne pas le Français Jean Fouquet (1420–1481), précurseur et maître incontesté dans ce domaine.

Nota: Et bien sûr, avant la Chine du 12e siècle, le portrait était courant durant l'Antiquité. Par exemple cette "Européenne" - portrait de jeune femme, peinture dite "du Fayoum" - Règne d'Hadrien, vers 117-138 av JC, Fouilles d'Antinoé, moyenne Egype.

Source










Mais revenons aux portraits d'Europe.
Portrait de Agnès Sorel, maîtresse du roi de France, Charles VII, le petit roi de Bourges, fils d'Isabeau de Bavière. Agnès Sorel a inventé le décolleté épaules nues.


La vierge à l'enfant entourés d'anges de Jean Fouquet (partie droite du diptyque de Melun, conservé autrefois à la collégiale Notre-Dame de Melun) et maintenant au musée des beaux arts d'Anvers (Belgique).
Image



Premier paysage d’après nature :
La Pêche Miraculeuse (1444), Konrad Witz

Konrad WITZ (Rottweil, vers 1400 – Bâle 1444 ou 1445), La Pêche miraculeuse, volet gauche fermé (recto) du retable de la cathédrale de Saint-Pierre à Genève. Tempera sur bois de sapin marouflé. Env. 2m sur 3m.
« La vue de la rade de Genève, dans laquelle apparaît le Christ marchant sur l’eau et s’adressant à saint Pierre et aux autres apôtres en train de jeter le filet est, dans la peinture européenne, la première représentation d’un paysage topographiquement exact et occupant une place prépondérante dans une scène biblique. Elle est datée, sur l’encadrement original, de 1444. Le tableau fait allusion à la situation de l’Église au moment du concile de Bâle, affirmant la prééminence du rôle de Pierre dont la conduite n’est possible que grâce à l’intervention du Christ.
Un souci politique manifeste situe la scène dans les terres du duc Amédée VIII de Savoie que le concile a élu pape sous le nom de Félix V, en 1439 » (Commentaire du Musée d’art et d’histoire, Genève, mars 2010).

Nota : Pierre apparaît 2 fois car il y a 2 histoires sur ce tableau : la pêche miraculeuse et l’histoire de Jésus marchant sur l’eau.

En arrière-fond, on voit une troupe de cavaliers armés, le premier desquels porte un drapeau suisse, bizarrement, en version 1889 (selon le Dictionnaire historique suisse « La croix blanche pleine, sous la forme de deux bandes cousues perpendiculairement, apparut pour la première fois comme signe de ralliement sur les vêtements des Bernois à la bataille de Laupen (1339) », donc cela irait. Mais en 1444, Genève est déjà partie de la Confédération ? Non, son entrée date de 1815. Ce drapeau doit donc être un drapeau de Savoie.

LE TEMPS.ch , opinions jeudi 24 mars 2011
"Le retour miraculeux de la barque de saint Pierre dans la Cité de Calvin"
Par Jean-Blaise Fellay. Version Documents.

Le Kunstmuseum de Bâle célèbre l’immense Konrad Witz (vers 1400-1447), inventeur de formes et peintre du premier paysage réaliste.
"Konrad Witz l’illusionniste" par Laurent Wolf, LE TEMPS.ch, exposition, samedi 12 mars 2011.
"Comment naît l’image réaliste de la création", Laurent Wolf
Version document.

Le premier sourire :
La Joconde (1503-1506), premier sourire dans la peinture occidentale (Daniel Arasse, La Joconde, Histoires de Peintures, France Culture, 2003)

Les tout premiers nus en peinture occidentale :

La naissance de Vénus (1482-1486), Sandro Botticelli.

Vénus endormie (Vénus de Dresde) (1510) Giorgione (paysage par Titian)

Vénus d’Urbino (1538), Titien (Dans De Manet à Titien, Daniel Arasse dit que c’est ce tableau qui est le premier véritable nu de la peinture occidentale. Histoires de Peintures, France Culture, 2003)

La peinture à l’huile est tellement révolutionnaire qu'elle peut être considérée comme un nouveau médium.

Source de toutes les informations ci-dessus :
E.H. Gombrich, The Story of Art.


Quelques oppositions entre beaux-arts du Moyen Âge et beaux-arts de la Renaissance

Grâce délicate
Lignes coulantes

Détails comme des fleurs ou des pierres précieuses

Détails pour faire joli
Personnages massifs
Formes angulaires marquées
Décoration plus âpre,
tombes, squelettes.

Détails pour faire vrai

Portrait
Sourire
Nu
Perspective monofocale centrée
Paysage d’après nature


Les productions d’élèves
Le climat intellectuel
Notion de l’homme faible, humilié, succombant
Surtout art religieux
des sujets non-religieux (guerre, faits historiques)
Notion de l’homme digne, noble
Art religieux et aussi pour les maisons bourgeoises et les princes

Utilisation des auteurs antiques facilité grâce à l’imprimerie



L’art
Commandité par l’Église

Thèmes religieux (Ancien Testament), (En fait, dans le manuel pp. 34, 38, 40, 55, 56, 60, 67, 68, 70, 72, etc. consacrées au MA, autant de sujets profanes que religieux)


Art roman et gothique
Fresques, ou sur bois, vitrail
Retables, miniatures, enluminures, tapisseries


L’homme n’est jamais le noyau de l’œuvre






Artiste anonyme
Architecture religieuse
Sculpture

Vitrail
retables
miniatures
enluminures
tapisseries

Couleurs très vives
Couleurs dorées
Raffinement
Détails (doigts longs et fins, visages délicats)


Perspective non respectée, perspective utilisée, d’où début de réalisme
En architecture : monumentalité
Commandité par l’Église et par des particuliers aisés
Thèmes religieux + mythologie + histoire ancienne + thèmes de la tolérance ?, de la liberté ?, de la paix ?

Art de la Renaissance
Peinture sur toile
Peinture à l’huile

L’homme est au centre de l’univers
Secrets de l’anatomie
Le nu
La beauté du corps humain nu


Artistes célèbres
Architecture religieuse
Sculpture


Paysages
Portraits (renaissance du portrait)



Plus vivant
Très réaliste
Clair-obscur
Effets de profondeurs
La conquête de l’espace
L’art en trompe-l’œil

Construction de la perspective



« Forme arrondie des coupoles »



Une idée trop générale qui revient souvent (et qui doit être nuancée):

L"a pensée se libère progressivement des contraintes religieuses et se tourne vers les aspirations du bonheur, de la paix et du progrès".
"L’homme devient totalement libre de la manière dont il va utiliser son savoir".
"Le religion ne domine plus la pensée des hommes".
"Il n’y a plus de barrière, les artistes peuvent enfin s’exprimer librement !"
"La pensée se libère de toute contrainte religieuse et se tourne vers la recherche de bonheur, de la paix et du progrès".

Les propositions ci-dessus sont incorrectes. Voir dossier 105 dans le manuel : Les humanistes de la Renaissance restent profondément chrétiens. Ils sont sommés de se soumettre et d’accepter l’enseignement de la Bible. Voir notre cours "Foi et raison".

Comparaisons des élèves
Groupe Tess, Fiona, Hélène, Théo
« Agressivité »
Bataille

« Moins plaisant pour l’œil »
Scènes religieuses
Présence de nus, donc impression moins agressive

Scènes de la vie de tous les jours

Groupe Yannick, Laurent, Virginia et Adèle
Disproportion des personnages

Pas de perspective
Scènes religieuses ou de guerre
Détails pas importants

Ne paraît pas réel
Ressemble à un dessin d’enfant
Corps humains mieux représentés. Proportions parfaites.
Perspective


Détails importants. Plis des vêtements. Mouvement.
Paraît réel


Groupe Erna, Sandrine, Celia, Alexandre
œuvre dans un cercle
Des hommes
Au centre, la religion (croix)
Hommes comme des pions
œuvre dans un cercle
Un homme
Au centre, l’homme grand

Groupe Julie, Isabelle, Marie, Elodie

Personnage habillé
Famille
Taille « normale »
Nu
Un seul individu
Homme gigantesque

Groupe Marie, Marie-France, Fanny
Couleurs vives et pures

Habillés
Pas d’expressions visibles
Détails pas importants, il faut juste que l’on comprenne la scène


En général, plus de personnages
Thème mythologique
Nu
Détails
Séduction
Liberté
Beauté des corps
« Perfection irréelle de l’humain »


HISTOIRE
GYMNASE CANTONAL DU BUGNON - Sz - LAUSANNE
gmslausanne

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire